Aller au contenu principal

4. Ma vision de la femme

D’ailleurs, qu’est-ce que ça veut dire, être une femme? J’avoue ne m’y être que rarement attardée… être une femme, c’est les cheveux soyeux, la peau satinée, la douceur dans le regard, des gestes délicats, de la sensibilité, une voix veloutée, un maquillage léger. Non, non… ça c’est mon expression de la femme. Mais être une femme? J’essaye encore : c’est pouvoir donner la vie, être maternante. Pas faux mais pas complètement cela non plus. Je connais des femmes qui ne sont pas maternantes. Je connais des femmes qui n’ont pas d’enfant ; j’en suis. Allons-y autrement, avec ce que je sais de moi : je suis née femme avec le kit au complet. J’ai été élevée “en fille,” j’ai joué à la maîtresse d’école certes, mais mes poupées Barbie ont aussi piloté le Faucon Millénium. Je ne me sens pas étrangère dans mon corps, donc je dois bien me sentir femme.

Je suis féminine dans mon apparence : coiffure, maquillage, vêtements, bijoux. Je suis aussi plutôt féminine dans ma façon d’être : je favorise le consensus, suis une organisatrice-née, j’aime me sentir protégée et m’occuper des autres. J’ai toujours été comme ça. Me voilà donc rendue ici : je suis une femme féminine.

Je suis attirée par les hommes, j’aime les hommes et dans leurs yeux, je me vois femme. Je suis donc une femme féminine hétérosexuelle. Il m’est arrivé d’être attirée par une femme à quelques occasions, mais pas de tomber amoureuse. Dans leurs yeux, je me vois définitivement femme. Disons donc que je suis une femme féminine généralement hétérosexuelle. Voilà. Genre, expression du genre, orientation sexuelle.

Strong WomanMais l’essence même d’être une femme? Je n’y suis toujours pas. Pas de description universelle, en tous cas. Pour moi, c’est la douceur, aider les autres, avoir de l’empathie, faire le bien autour de soi. C’est aussi être forte, courageuse, résiliante, généreuse. C’est s’élever contre les réductions niaises, contre les généralisations, contre la violence, le sexisme, le racisme. C’est pouvoir compter sur soi, être indépendante, savoir tirer son épingle du jeu. Si je me relis, en fait, c’est surtout être un bon être humain… J’abandonne.

Une chose est sûre, je suis aujourd’hui la femme que j’ai toujours voulu être. Certes, j’aimerais avoir une meilleure carapace, plus de confiance en l’avenir, moins d’anxiété et d’inquiétudes, mais globalement j’y suis.

Je suis fière de m’être sortie pas si mal d’une famille tardivement éclatée et somme toute assez dysfonctionnelle. Je suis fière d’être débrouillarde et capable dans la vie, d’être intelligente et d’avoir du gros bon sens. Je suis fière d’être curieuse et de toujours chercher à en apprendre davantage, de vouloir devenir meilleure chaque jour. J’ai des intérêts variés, je forge des relations sincères, je cultive de rares mais précieuses amitiés, je m’éloigne des forces négatives pour focaliser sur les forces positives.

Billet suivant : 5. J’ai (enfin) compris

 

À lire en premier

Tous les articles

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :