Aller au contenu principal

La question qui tue

choice_main

« Si tu savais ce que tu sais de moi maintenant, m’aurais-tu quand même épousée? »

Florence m’a posé cette question peu banale en plein trafic alors que nous essayions tant bien que mal de traverser Montréal pour gagner les Laurentides. En soi, c’est déjà tout un défi mais en plus cette question…

Je savais qu’elle allait venir. Je la redoutais. C’est la question qui tue. C’est la question « oui ou non » à laquelle il est impossible de répondre par un seul oui ou non.

Y répondre, c’est me reporter en arrière de plusieurs années, au moment de notre rencontre, dans d’autres circonstances, sur une autre moi. Qui étais-je à ce moment? Que cherchais-je? J’étais moi avec un ras-le-bol de son couple qui ne fonctionnait plus depuis longtemps. Je réalisais alors que j’allais me séparer de mon conjoint, que j’allais refaire ma vie, et je l’abordais avec sérénité. J’étais rendue là, un point c’est tout. Cette vie que j’allais refaire, je l’entrevoyais simple, douce, calme. J’avais tellement envie d’être au calme, d’être juste moi, tranquille.

Florence, alors Frédéric, et moi en avions d’ailleurs déjà parlé alors que nous cassions la croûte. Je lui avais dit que mon prochain chez-moi serait à moi, que je cherchais le calme, que s’il devait y avoir quelqu’un dans ma vie, il aurait son chez-lui et je garderais mon chez-moi. C’est dire combien les choses ne se passent pas comme on les prévoit…

Donc, j’étais dans cet état d’esprit. Florence et moi avons mis quelque temps à nous faire comprendre mutuellement que nous étions intéressée l’une à l’autre mais une fois ce pas franchi, tout a déboulé très vite, à la vitesse coup de foudre : en moins d’une semaine, tout était bouclé, nous habitions ensemble. Je ne l’ai jamais regretté car notre vie à deux était facile et agréable en tous points.

Est-ce que j’aurais quand même choisi de tout jeter et de refaire ma vie avec Frédéric si j’avais su qu’il allait devenir Florence? Je ne sais pas. J’ai envie de dire oui, car c’est bien de la même personne dont il s’agit : son intelligence, son humour, ses réactions. J’ai aussi envie de dire non, car tout ce qui provoquait chez moi des réactions de désir animales a changé. Son odeur me faisait tourner la tête ; sa carrure, son poil, son corps d’homme me plaisaient d’instinct ; sa façon d’être l’homme de la situation, peu importe la situation, me séduisait. J’étais femme, il était homme. Grrr…

Prenons la question sous un autre angle. Est-ce que je pourrais tomber amoureuse de Florence aujourd’hui, si je ne la connaissais pas déjà? Peut-être si je la rencontrais dans un contexte où je pouvais faire sa connaissance et tomber amoureuse de sa personne mais… je suis plutôt hétérosexuelle. Aurais-je été attirée par Florence? Je ne sais pas. Les rares fois où j’ai été attirée par des femmes, ce n’était pas dans un contexte de relation amoureuse, c’en était un de découverte.

*  *  *

Je comprends les raisons pour lesquelles peu de couples passent le test de la transition. C’est énorme. C’est difficile. C’est complexe. Ça demande une communication sans faute, de presque tous les instants. Ça demande un engagement profond. On se retrouve l’une comme l’autre tantôt confiante et sereine, tantôt anxieuse, inquiète, triste.

Finalement, je pense qu’il ne faut pas se poser de questions comme celle qui fait l’objet de ce billet, des questions hypothétiques qui demandent d’avoir pu lire dans l’avenir à un moment ou à un autre. Je comprends que Florence a probablement voulu être rassurée sur mon engagement et que c’est la forme qu’a prise la question. Je crois qu’elle ne cherchait pas de réponse à cette question hypothétique bien précise mais plutôt à savoir si je l’aimais et si j’allais continuer à être là pour elle, avec elle.

La réponse à cela est oui. Je t’aime, Florence. Je te choisis chaque jour de ma vie tout comme toi, tu me choisis chaque jour de ta vie. Notre chemin est ce qu’il est, nous marchons ensemble peu importe la météo.

sea beach footprint steps

Photo by Jaymantri on Pexels.com

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :