Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Conjointe’

Danser et magasiner

J’ai mis du temps à pondre un nouveau billet. J’ai mis du temps parce qu’une rechute de dépression assez sévère s’est pointée sans invitation et sans que j’aie pu l’anticiper. Elle m’a frappée de plein fouet. Un jour j’étais bien, le lendemain sur une pente descendante. Quelques jours plus tard, j’avais atteint le fond : découragement, épuisement, idées noires, pensées suicidaires en prime. Lire la Suite

La question qui tue

choice_main

« Si tu savais ce que tu sais de moi maintenant, m’aurais-tu quand même épousée? »

Florence m’a posé cette question peu banale en plein trafic alors que nous essayions tant bien que mal de traverser Montréal pour gagner les Laurentides. En soi, c’est déjà tout un défi mais en plus cette question…

Je savais qu’elle allait venir. Je la redoutais. C’est la question qui tue. C’est la question « oui ou non » à laquelle il est impossible de répondre par un seul oui ou non. Lire la Suite

Ressources

Les nouvelles pages sont apparemment jugées moins intéressantes pour WordPress : aucune notification n’est déclenchée lorsqu’elles sont créées. Je me permets donc d’en faire une via ce court billet : j’ai ajouté une page Ressources au menu principal afin de partager le peu de liens utiles / intéressants qui concernent les conjoints de personnes transgenre.

Bonne lecture!

4. Ma vision de la femme

D’ailleurs, qu’est-ce que ça veut dire, être une femme? J’avoue ne m’y être que rarement attardée… être une femme, c’est les cheveux soyeux, la peau satinée, la douceur dans le regard, des gestes délicats, de la sensibilité, une voix veloutée, un maquillage léger. Non, non… ça c’est mon expression de la femme. Mais être une femme? J’essaye encore : c’est pouvoir donner la vie, être maternante. Pas faux mais pas complètement cela non plus. Je connais des femmes qui ne sont pas maternantes. Je connais des femmes qui n’ont pas d’enfant ; j’en suis. Allons-y autrement, avec ce que je sais de moi : je suis née femme avec le kit au complet. J’ai été élevée “en fille,” j’ai joué à la maîtresse d’école certes, mais mes poupées Barbie ont aussi piloté le Faucon Millénium. Je ne me sens pas étrangère dans mon corps, donc je dois bien me sentir femme.

Je suis féminine dans mon apparence : coiffure, maquillage, vêtements, bijoux. Je suis aussi plutôt féminine dans ma façon d’être : je favorise le consensus, suis une organisatrice-née, j’aime me sentir protégée et m’occuper des autres. J’ai toujours été comme ça. Me voilà donc rendue ici : je suis une femme féminine.

Je suis attirée par les hommes, j’aime les hommes et dans leurs yeux, je me vois femme. Je suis donc une femme féminine hétérosexuelle. Il m’est arrivé d’être attirée par une femme à quelques occasions, mais pas de tomber amoureuse. Dans leurs yeux, je me vois définitivement femme. Disons donc que je suis une femme féminine généralement hétérosexuelle. Voilà. Genre, expression du genre, orientation sexuelle.

Strong WomanMais l’essence même d’être une femme? Je n’y suis toujours pas. Pas de description universelle, en tous cas. Pour moi, c’est la douceur, aider les autres, avoir de l’empathie, faire le bien autour de soi. C’est aussi être forte, courageuse, résiliante, généreuse. C’est s’élever contre les réductions niaises, contre les généralisations, contre la violence, le sexisme, le racisme. C’est pouvoir compter sur soi, être indépendante, savoir tirer son épingle du jeu. Si je me relis, en fait, c’est surtout être un bon être humain… J’abandonne.

Une chose est sûre, je suis aujourd’hui la femme que j’ai toujours voulu être. Certes, j’aimerais avoir une meilleure carapace, plus de confiance en l’avenir, moins d’anxiété et d’inquiétudes, mais globalement j’y suis.

Je suis fière de m’être sortie pas si mal d’une famille tardivement éclatée et somme toute assez dysfonctionnelle. Je suis fière d’être débrouillarde et capable dans la vie, d’être intelligente et d’avoir du gros bon sens. Je suis fière d’être curieuse et de toujours chercher à en apprendre davantage, de vouloir devenir meilleure chaque jour. J’ai des intérêts variés, je forge des relations sincères, je cultive de rares mais précieuses amitiés, je m’éloigne des forces négatives pour focaliser sur les forces positives.

Billet suivant : 5. J’ai (enfin) compris

 

À lire en premier

Tous les articles