Aller au contenu principal

Articles Marqués ‘Couple’

De désir et de culpabilité

Je cherche comment aborder le sujet depuis quelque temps maintenant. Il faut bien que j’en parle un jour ou l’autre puisque je le vis à tous les jours. Pas évident tout de même, car c’est de désir dont je veux discuter aujourd’hui. Lire la Suite

La question qui tue

choice_main

« Si tu savais ce que tu sais de moi maintenant, m’aurais-tu quand même épousée? »

Florence m’a posé cette question peu banale en plein trafic alors que nous essayions tant bien que mal de traverser Montréal pour gagner les Laurentides. En soi, c’est déjà tout un défi mais en plus cette question…

Je savais qu’elle allait venir. Je la redoutais. C’est la question qui tue. C’est la question « oui ou non » à laquelle il est impossible de répondre par un seul oui ou non. Lire la Suite

Stress, tempête et accalmie

Nous avons surfé sur la vague des réactions positives au coming-out de Florence et c’est là, entre mars et mai (2018), alors que mes questions prenaient forme, que mes inquiétudes face au sérieux de la démarche ont lentement fait surface. Comment pouvait-on passer de Roxanne à Florence, deux images aux antipodes l’une de l’autre?

Je reviens sur ce sujet car c’en est un qui m’a marquée. Lire la Suite

1. L’amour, le vrai

Nous sommes un jeune couple… dans la quarantaine. Jeune couple car nous sommes un couple depuis un peu plus de cinq ans seulement au moment d’écrire ces lignes (depuis mars 2013). Très amoureux, très proches, très heureux—du genre auquel on aspire dans ses meilleurs rêves.

Arrivés presque en même temps à la banque, c’est là que j’ai connu Frédéric. Un vent de fraîcheur, une bouffée d’air d’été, tiède, fleuri et sucré. Semi-geek imposant, brillant, plein d’assurance et avec un excellent sens de l’humour, j’ai été conquise immédiatement—étant moi-même semi-geek, brillante, pleine d’assurance (presque) et avec un excellent sens de l’humour. Nous avons mis un an à travailler plus étroitement ensemble, et quatre mois plus tard, il n’en fallait pas plus pour que nous quittions nos conjoints respectifs.

Nous nous sommes découverts rapidement et intensément, tellement nous avions soif l’un de l’autre. Nous avons débuté ensemble une nouvelle vie douce, calme, facile. À trente-six ans, je réalisais enfin le vrai bonheur d’être deux. Nous, envers et contre tout et tous, complètement en phase. La vie a mis sur notre chemin toutes sortes de défis mais nous restons soudés. Des semaines, des mois sans même un désaccord? Je vous confirme que c’est possible.

Billet suivant : 2. Travestisme?

 

À lire en premier

Tous les articles